LA PRÉVENTION DES IST DONT LE VIH ET DES HéPATITES AUPRÈS DES PERSONNES LGBT EN CONTEXTE AFRO-CARIBÉEN.

Guide pour l’acteur de prévention

Les termes de la Réduction des Risques Sexuels

    Print Friendly

    La connaissance actualisée du statut sérologique par le dépistage régulier du VIH et des IST et la capacité des partenaires à dire leurs statuts sont les conditions indispensables à toute pratique de RDRS.

    Si les préservatifs restent le socle de la prévention du VIH, l’intervenant de terrain doit pouvoir discuter avec l’usager d’autres méthodes de réduction des risques si nécessaire. Dans le cadre d’un entretien en face à face, il s’agit d’abord d’écouter sans juger. En matière de RdR, on adapte les réponses à ce que la personne dit de ses pratiques sexuelles dans un contexte particulier. Il s’agit de l’accompagner dans l’élaboration d’une stratégie de prévention adaptée à son contexte de vie et à sa situation particulière. Parmi les moyens alternatifs de prévention qui peuvent être évoqués évoqués, on peut citer le positionnement sexuel, la séroadaptation, l’utilisation de lubrifiants, le retrait et la prise en compte de la charge virale.

    Dans tous les cas :
    Rappeler que le préservatif reste le moyen de prévention le plus efficace.
    Ne pas dissocier le VIH des autres IST et des hépatites.
    Avoir une approche différencier en fonction du statut sérologique et du type de partenaires.

    LA DIVULGATION DU
    STATUT SÉROLOGIQUE
    AU PARTENAIRE SEXUEL

    la personne séronégative connaît le statut sérologique de son/sa partenaire et peut donc prendre des décisions éclairées pour réduire les risques de transmission.

    LE POSITIONNEMENT
    STRATÉGIQUE

    l’homme séronégatif pratique uniquement la pénétration anale insertive (c’est lui qui pénètre).

    LE RETRAIT AU COURS
    DE LA PÉNÉTRATION
    ANALE RÉCEPTIVE

    l’homme séronégatif ne se prête à la pénétration anale non protégée que si son partenaire n’éjacule pas dans son rectum.

    LA SÉROADAPTATION

    la pénétration anale non protégée n’est pratiquée qu’avec des partenaires partageant le même statut sérologique.

    LA SÉCURITÉ NÉGOCIÉE

    il s’agit d’une forme particulière de séroadaptation. La pénétration anale non protégée n’est pratiquée qu’avec un partenaire séronégatif dans le cadre d’une relation régulière stable.

    La prise en compte
    de la charge virale

    Voir TaSP

    Back To Top